Fouta Djallon - République de Guinée - Afrique de l'Ouest

Musée du Fouta Djallon

 

  

fermer fenêtre

 

 

Introduction  [haut]

La République de Guinée, capitale Conakry, est composée de quatre régions naturelles bien distinctes. Parmi elles le Fouta Djallon appelé aussi Moyenne Guinée est constituée essentiellement de hauts et de bas plateaux respectivement situés en son centre et sur ses bordures et découpés par des profondes et brutales dépressions. Ces plateaux s’étagent entre 700 et 1500 m d’où jaillissent des milliers de sources. Le Fouta Djallon est appelé «le château d’eau de l’Afrique Occidentale» car c’est de là que partent des fleuves tels que le Niger Supérieur, le Sénégal, la Gambie et le Konkouré, cours d’eau qui arrosent le Mali, le Sénégal, la Guinée Bissau, la Gambie, la Sierra Léone et la Mauritanie.

La population du Fouta Djallon, d’environ deux millions, est en sa majeure partie composée de peulhs pasteurs qui ont occupé progressivement la région entre les XIV et les XVI siècles. Ils cohabitent avec de nombreuses minorités (djallonkés, bagas, sarakollés, coniaguis) établis là avant eux et d’origines diverses, qu’ils ont islamisée et administrée à l’intérieur d’un système politique appelé état théocratique. Au moment de la conquête française 1896, le Fouta Djallon était un Etat islamique de trois siècles d’existence semi-féodal et fortement hiérarchisé. Il a connu et connaît encore un rayonnement remarquable de l’islam, religion de la grande majorité de la population actuelle. Des érudits et de nombreux lettrés ont laissé de nombreux écrits connus dans toute la sous-région: Thierno Samba de Mombéya, Thierno Mawiatou de Maci, Thierno Aliou de Bhoubha Ndiyan et Thierno Sadou de Dalein, Ramatoulaye de Télico, et Thierno Diawo de Pellel

 

La ville de Labé  [haut]

Fondée après l’occupation peulh du Fouta Djallon par le marabout Karamoko Alpha, la ville de Labé a été le chef lieu de la province ou diiwal du même nom. Elle constituait alors l’une des neuf provinces ou diiwé que comportait le Fouta théocratique. Importante par son étendue, la province de Labé s’est aussi révélée comme une cité sainte et un grand centre culturel et commercial. Par ailleurs, Labé se développe comme un très important centre d’échange national et sous régional, ouvert directement sur les marchés des pays limitrophes, Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Mali et bien au-delà. Durant le XIXème siècle quelques explorateurs se sont rendus à Labé, notamment Réné Caillé 1826 et Olivier de Sanderval 1875. Ce dernier s’est arrangé pour faire du Fouta Djallon un protectorat français. Cette région de la Guinée intégra définitivement la colonie française.

Parmi les versions proposées, deux sembles les plus plausibles et sont toutes relatives à l’occupation originelle de l’endroit par les Diallonkés. En effet, Labé signifiait «plus bas» dans leur langue. Mais il se pourrait aussi que l’endroit ait pris le nom d’un chef local Manga Labé. La Commune Urbaine de Labé compte 100.000 habitants au moins.

 

La création du musée  [haut]

Loin donc d’être une utopie d’intellectuels débordés par leur imagination ou leur rêve, l’idée de création du Musée du Fouta Djallon remonte à plusieurs années et répond d’abord à un besoin ressenti par l’Association des Femmes Poètes et écrivains Guinée, et de nombreux citoyens enracinés dans l’histoire et la culture du Fouta Djallon et qui ont à cœur de participer au sauvetage d’un terroir dont l’identité est remarquable en Guinée, en Afrique, et dans le monde.

 

Ensuite, une autre bonne raison est liée au fait que l’histoire et la culture des habitants du Massif Foutanien, anciens et contemporains ont fait l’objet d’une littérature abondante dont les trouvailles voire les mythes fascinent encore de nos jours l’initié, le chercheur et le touriste.

Il convient de noter en fin que le manque total de maison des jeunes à Labé, fait que le Musée, dès son ouverture est devenu un pôle d’attraction. Et le théâtre du Musée, les veillées de contes et de poésie, instaurés dès les premiers mois de sa création, fond du Musée un vrai petit centre culturel.

 

La collection  [haut]

Situé dans la Commune Urbaine de Labé, sis au quartier NDiolu, dans la partie sud de l’agglomération, le Musée du Fouta Djallon est la dernière-née des institutions du genre dans le pays. C’est un Musée communau­taire en ce sens qu’il est à la fois le reflet, l’expression identitaire et l’œuvre de l’ensemble des composantes sociales et culturelles du terroir. D’une superficie d’environ mille mètres carrés, c’est donc un ensemble historique et architectural de l’aire culturel du Fouta Djallon.

 

Le visiteur pénètre dans un espace à cinq compartiments caractérisé par la nature des objets exposés. On y distingue ainsi:

  • Un espace littéraire et spirituel où on retrouve les œuvres des célèbres érudits et poètes qui ont marqué l’époque islamique et européenne.

  • Un espace polico-militaire qui contient des symboles et insignes du pouvoir, ainsi que des échantillons d’armes de guerre.

  • Un espace dédié aux arts et métiers où prédominent tous les objets compagnons de l’éleveur. En plus, y sont exposés des instruments et outils pour le traitement du coton, des métaux, du cuir etc…

  • Un espace réservé aux vêtements et à la parure. La beauté y est recherchée à travers divers colliers, bracelets, ainsi qu’à travers des tresses dont typique et célèbre le Dioubaadé (cimier) unique dans le monde.

  • Un espace consacré à l’habitat et aux objets domestiques tels que linteaux, piliers sculptés, portes et serrures, sièges, vases etc…

 

En organisant cette exposition, le Musée du Fouta Djallon répond à sa vocation qui consiste à recueillir, conserver, étudier, et mettre en valeur le patrimoine culturel local et national.

A travers les pièces exposées qui sont pourtant loin de représenter toute la richesse et la diversité de notre patrimoine culturel, le public, les jeunes générations en particulier, ont une image du génie créateur de nos sociétés traditionnelles.

Si à partir de cette exposition, le public retrouve des aspects de culture en voie de transformation, tels des cannes des chefs, l'architecture traditionnelle, du mobilier de maison, des armes de guerre et de chasse etc. le plus important c’est à dire la sauvegarde, la revalorisation de l’héritage civilisationnel auront été gagnées.

 

Les services  [haut]

Le Musée du Fouta c’est aussi un ensemble de six services qui fonctionnent sous la responsabilité d’une Direction Générale. Ces services sont:

  • La Direction Générale

  • Le Comité Scientifique

  • Le Comité d’Animation

  • La Bibliothèque

  • Le Service de Promotion des Savoir-faire Traditionnels

  • Le Club Artistique

Le Musée du Fouta essaie de par la qualité et l’engagement de ses services, de rendre agréable le séjour, des touristes et autres visiteurs dans le Fouta:

  • En accompagnant des individus ou groupes d’individus vers les sites touristiques pour une visite guidée de l’exposition du Musée, de sa bibliothèque et de son restaurant, et

  • En organisant des veillées culturelles ou hirdés (théâtre, danse et musique tradition­nelles, contes) par le Comité d’Animation du Musée.

Composé de sociologues, d’écrivains et d’animateurs en développement, le Comité Scientifique du Musée met ensemble les jeunes et les moins jeunes pour une concertation, un dialogue franc. Il propose son assistance dans l’organisation des rencontres scientifiques, des conférences, ateliers, séminaires, et il gère toute formation au niveau du Musée. Le Comité Scientifique organise entre autres, des cours de cuisine, des danses traditionnelles, et des concours de lecture et d’écriture.

 

Les activités  [haut]

Le Musée du Fouta, depuis sa création, développe une gamme importante d’activités, ce sont :

  • L’animation scolaire

  • La sensibilisation des communautés

  • Les conférences / débats au tour du patrimoine

  • Les présentations de livres et d’auteurs

  • La collecte de pièces et d’objet du patrimoine

  • Le renforcement des capacités des agents et animateurs

  • Les expositions

  • Les portes ouvertes

  • Les concours et ateliers de formation et d’écriture

  • Les défilés (mode, savoir-faire traditionnels)

  • Les dégustations

 

Les programmes  [haut]

Le Musée du Fouta est en train de développer trois (3) grands programmes qui visent tous à la valorisation et promotion du patrimoine, ce sont :

  • Le programme de la bibliothèque mobile

  • Le programme de la promotion des savoir-faire traditionnels

  • le programme de l’exhumation des manuscrits (en élaboration)

Le programme de la bibliothèque mobile vise la promotion du livre, la liberté d’expression, et la promotion de la démocratie. Mise en place par le Centre PEN de Guinée, la bibliothèque du Centre s’est ouverte dès 2007, aux écoles communautaires de la Commune Urbaine de Labé et y a développé des activités de lecture et d’animation à travers des comités de lecture. Ces comités de lecture sont avant tout des espaces de rencontre, qui préparent les jeunes à se mettre sur « les chemins de la démocratie ». Chaque comité de lecture est mis en place par les élèves de chaque école, et est géré par un groupe de 15 à 20 membres. Le nombre de garçons ne doit pas dépasser celui des filles. Le comité de lecture est accompagné par l’Association de parents d’élèves et amis de l’école (APEAE) sur place.

Les résultats atteints jusqu’à ce jour (mi-2013) sont tout à fait impressionnants : 30 écoles encadrées, 30 comités de lecture établis, plus de 40.000 élèves encadrés dont 19.000 filles avec l’implication de 30 Associations de parents d’élèves et amis de l’école (APEAE), 600 membres APEAE et 6 animateurs.

Les partenaires dans la mise en œuvre des activités sont les services régionaux de l’éducation et les organisations non gouvernementales (ONGs) intervenant dans la région.

Le thème général développé pour la mallette pédagogique est « Le livre, un phare sur le chemin de la démocratie locale ».

Les thèmes spécifiques sont :

  • Le livre et son importance,

  • Le rôle de la communauté dans la promotion du livre et de la lecture,

  • C’est quoi un environnement lettré durable ? et

  • Qu’est-ce qu’un bon communicateur ?

Le programme de la promotion des savoir-faire traditionnels vise l’identification et la promotion des savoir-faire traditionnels. Les savoir-faire traditionnels déjà recensés et en étude sont au nombre de cinq (5), ce sont :

  • La coiffure du Dioubadé (cimier)

  • Le Puutoo (bonet peul)

  • La case en tenté (paille en escalier)

  • Le meltol bitti (case en motifs)

  • Le lacciri (couscous au maïs)

Le programme de l’exhumation des manuscrits anciens vise le recensement des familles et individus détentrices des manuscrits anciens en vue de les collecter et les mettre à la disposition de tous. Ce programme très ambitieux, demande pour sa réalisation, quelques moyens que le Musée n’a pas encore réunis.

Les principaux besoins du Musée pour une bonne mise en œuvre de ses programmes et activités sont les suivants :

  • Une muséobus (pickup tout terrain) pour, d’une part, rallier la zone et rencontrer les familles détentrices des pièces, et d’autre part, le transport des livres, l’animation au sein des écoles et la formation in situ des animateurs,

  • Une sonorisation avec des micros baladeurs pour nos conférences et

  • Des consommables.

 

Les évènements  [haut]

Voici une liste des principaux évènements offerts au public par le Musée lors de l'année actuelle :

  • Chaque premier samedi de chaque mois, les matins à 10 heures : conférence thématique

  • Chaque samedi à 17 heures : heure du conte au Musée

  • Chaque jeudi de 16 heures à 18 heures : poésie sur scène avec le club du Musée

 

Liens  [haut]

Le Musée du Fouta Djallon : Le patrimoine en Lumière (01/2012)
http://www.ccfg-conakry.org/le-musee-du-fouta-djallon-le.html

Avec Ousmane Tounkara, Conservateur junior du Musée du Fouta (02/06/2014)
http://www.guineeconakry.info/article/detail/interview-gci-avec-ousmane-tounkara-conservateur-junior-du-musee-du-fouta/

Visitez le Musée du Fouta et découvrez ses réalités culturelles (24/07/2014)
http://www.guinee-culture.org/Visitez-le-Musee-du-Fouta-et.html

Musée du Fouta : Du matériel offert par des Guinéens de Thaïlande (13/08/2014)
http://www.reflets224.com/magr1.php?langue=fr&type=rub17&code=calb777#tab-1

Petit Musée du Fouta
http://www.petitfute.com/v53083-labe/c1173-visites-points-d-interet/c958-musee/352674-petit-musee-du-fouta.html

 

Documents  [haut]

Koumanthio Zeinab Diallo : Publications (dernière modification : 28/07/2006)
koumanthio-zeinab-diallo.pdf  507 Ko

Communication : Une nouvelle ligne vestimentaire (30.05.2013)
communication-300513.pdf  192 Ko

 

Contact  [haut]

Hajja Zeinab Koumanthio Diallo

Directrice générale

Tél. (+224) 657 57 15 84

E-mail : koumanthio@yahoo.fr

Prof. Bonata Dieng

Directeur scientifique

Tél. (+224) 628 78 19 37

E-mail : dbonata@yahoo.fr

Ousmane Tounkara

Directeur, Comité d'animation

Tél. (+224) 628 01 23 65

E-mail : bigel81@yahoo.fr

N.N.

Animateur pédagogique principal, Bibliothèque

Tél. (+224) 655 04 76 75

Mamadou Alfa Barry

Directeur, Service de promotion des savoir-faire traditionnels

Tél. (+224) 622 40 55 16

Abdoulaye Sadio Diallo

Directeur, Club artistique

Tél. (+224) 628 48 37 13

 

 

Vos partenaires régionaux

ADECOMA

ARDEL

Centre Universitaire
de Labé

CFPP-Labé

CREDEL

CTRSE

Musée de Fouta

Les Echos du
Fouta Djallon

Actualités

Webmaster: info@ipa-cologne.de